Avertissement
À partir du 1er décembre 2014, ce blogue ne sera plus mis à jour.
Cynthia Chassigneux

5 avril 2012

CNIL: Google et la vie privée (3)

La Commission nationale informatique et liberté avait donné à Google jusqu'à aujourd'hui, 5 avril, pour répondre à son questionnaire (billet). C'est chose faite ... mais pour seulement une vingtaine de questions sur soixante neuf.  
"Dans un courrier rendu public jeudi, soit le 5 avril, Google indique qu'en accord avec la Cnil, il a «besoin d'un peu plus de temps» pour répondre au questionnaire, mais qu'en tant qu'«étape intermédiaire», il donne les réponses aux 24 premières questions et «que le reste suivra dès qu'il sera complet».
Interrogé par exemple sur le nombre de «questions/plaintes» que le géant de l'internet aurait reçu depuis qu'il a annoncé la mise en oeuvre de ses nouvelles règles, Google chiffre seulement le nombre de demandes émanant des médias, soit un millier, et indique que les plaintes de la part d'utilisateurs «semblent avoir été minimales».
Le groupe se dit également «incapable» de donner le nombre de personnes ayant visité le site internet dédié au changement des règles de confidentialité.
Google donne également à la Cnil des définitions sur ce qu'il appelle «données sensibles», «données personnelles» ou encore «reconnaissance faciale».
Dans son courrier à la Cnil, Google fait également part de son souhait de «rencontrer» des responsables de la Cnil afin «d'expliquer et de discuter de l'approche de Google en termes de communication envers les utilisateurs»."
(Source: La Presse, 5 avril 2012)
"Rien de passionnant à se mettre sous la dent pour l’instant : Google est arrivé au terme du délai imposé par la Cnil, mais il indique avoir « besoin d’un peu plus de temps » pour répondre au questionnaire. Toutefois, en tant qu’« étape intermédiaire », il répond aux 25 premières questions et promet « que le reste suivra ».
Interrogé par exemple sur le nombre de « questions, plaintes ou réclamations » qu’il a éventuellement reçues depuis l’annonce des nouvelles règles, fin janvier, Google chiffre seulement le nombre de demandes émanant des médias, soit un millier. Il indique que les plaintes de la part d’utilisateurs « semblent avoir été minimales ».
Le groupe se dit également « incapable » de donner le nombre de personnes ayant visité le site Internet dédié au changement des règles de confidentialité. Mais si Google ne connaît pas ses propres statistiques de visites, qui les connaît ?
Mountain View donne également à la Cnil les définitions de ce qu’il appelle « données sensibles », « données personnelles » ou encore « reconnaissance faciale ».
Dans son courrier à la Cnil, Google fait également part de son souhait de « rencontrer » des responsables de la Cnil afin « d’expliquer et de discuter de l’approche de Google en termes de communication envers les utilisateurs »."
(Source: Libération - Écrans, 5 avril 2012)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.